Favoriser la bio diversité dans son jardin

By in
314
Favoriser la bio diversité dans son jardin

Le jardin n’est pas le domaine exclusif de l’Homme, loin s’en faut ! D’autres êtres vivants le peuplent, c’est ce qu’on appelle la biodiversité. Si certains sont des adversaires du jardinier, beaucoup sont des alliés. Apprenez à les connaître pour mieux les respecter et faire de votre jardin une oasis de vie.

 

Les vers de terre

Ce sont des auxiliaires précieux puisqu’ils aèrent le sol en creusant des galeries. Surtout, ils en digèrent les éléments, contribuant à les rendre assimilables par les plantes. Ils vont aussi transformer le compost en éléments fertilisants. Leur nombre est synonyme d’une bonne fertilité d’un sol.

 

La quantité de vers dépend de la nature du terrain, mais les scientifiques estiment qu’il faut au moins 50 vers de terre par m2. Cette population peut monter jusqu’à 400 vers au m2 (L’unité de comptage est le m2 et non le m3 car plus accessible au jardinier. Difficile, en effet, de creuser sur un mètre de profondeur !). Pour favoriser les vers de terre, il faut apporter des déchets végétaux, base de leur alimentation. Ils se chargeront de les décomposer en éléments assimilables par les plantes. La présence d’une taupe est un bon signe pour la fertilité d’un sol. Cet animal se nourrit essentiellement de vers de terre et si elle élit domicile chez vous, c’est que le garde-manger est copieux ! Ses galeries participent aussi à une meilleure fertilité de votre terrain.

 

Les oiseaux

Insectivores, ils ingurgitent chaque jour de nombreux insectes et leurs larves. La mésange bleue (Parus caerulea) et la mésange charbonnière (Parus major) dévorent les carpocapses qui attaquent les arbres fruitiers. Ce sont aussi de redoutables chasseurs de pucerons. Leur don d’acrobate leur permet de les traquer jusqu’aux extrémités des plus petites branches.

Installez-leur des nichoirs dans votre jardin pour favoriser leur séjour. Et vous aurez le plaisir de voir leurs petits grandir et s’envoler.

Le rouge-gorge est aussi un compagnon fidèle qui adore les vers blancs. Solitaire, il vous accompagne surtout l’hiver. Le merle est un allié l’hiver, mais il devient malheureusement un redoutable concurrent pour les cerises et autres petits fruits rouges !

A la campagne, les chouettes débarrassent le jardin des petits rongeurs. Chouette hulotte et chouette effraie éliminent les souris et les mulots. La chouette chevêche ajoute à son menu des limaces et des sauterelles.

 

Nourrir les oiseaux.

Durant l’automne, mettez des graines à la disposition des oiseaux avec quelques quartiers de pomme ou des poires blettes. Evitez le pain blanc qui occasionne des gonflements chez les oiseaux. N’oubliez pas de leur mettre de l’eau à disposition. L’hiver, ajoutez de la graisse à ces graines ainsi que quelques fruits.

 

Les petits mammifères

Le hérisson est un redoutable chasseur qui s’attaque aux limaces, aux escargots, aux chenilles, aux hannetons et aux larves en tout genre. Œufs de reptile, jeunes souris et jeunes mulots sont parfois à son menu. Il est donc d’une aide efficace au jardin. Si l’un d’eux vous rend visite, accueillez-le comme un cadeau de la nature. Faites-lui, malgré tout, un abri pour qu’il s’installe. Les animaux sauvages apprécient la tranquillité. Les hérissons aiment installer leur nid sous un bûcher ou un tas de bois. Installez donc votre abri dans un endroit retiré du jardin, en le recouvrant de branchages.

Les musaraignes, à ne pas confondre avec les campagnols et les mulots, sont carnivores. Elles ont une préférence pour les limaces, les insectes et les vers. Pour accueillir cet allié, placez un parpaing dans un coin tranquille du jardin. Elles y feront leur nid. Elles aiment aussi les tas de compost.

Les chauves-souris nettoient efficacement un jardin de ses insectes nuisibles, dont les parasites du bois. Elles sortent de leurs nichoirs dès que l’obscurité tombe. Vous pouvez les voir qui volent dans la pénombre. Le jour, elles dorment! N’hésitez pas à installer des nichoirs pour elles sur le pignon de votre maison, plutôt orientés à l’Ouest. Elles hiberneront pour revenir vous aider au printemps suivant.

 

Les insectes

La coccinelle est un redoutable dévoreur de pucerons. Plus discrets, les chrysopes, de jolis insectes verts translucides, sont aussi très efficaces contre les pucerons, mais aussi les cochenilles, les chenilles et les cicadelles, les larves de syrphes.

Les perce-oreilles présentent une grande capacité à dévorer les pucerons et les petites chenilles. Leur activité est nocturne. Offrez-leur des abris faits d’un pot en terre retourné et rempli de fibres de bois pour qu’ils passent le jour protégés. Vous pourrez ainsi les déplacer pour qu’ils viennent à bout d’une attaque de pucerons sur tel ou tel végétal de votre jardin!

 

Les herbes utiles

Multiplier les espèces végétales dans un jardin, c’est aussi multiplier les espèces animales, insectes pour la plupart. Cette profusion permet d’améliorer l’équilibre global du jardin: il y a, en effet, moins de « place » pour l’arrivée d’animaux gênant les cultures. Cela passe par le semis de plantes qui ne sont pas utiles directement. Laissées en place, ces « mauvaises herbes » deviennent alors des herbes utiles.

Les plantes à pollen et à nectar sont nécessaires aux femelles de certains insectes utiles. Elles leur apportent les protéines nécessaires pour produire leurs œufs. Elles doivent être présentes du printemps à la fin de l’automne. Installées en bordures d’allées ou au fond du jardin, ces herbes sont surtout des ombellifères, des composées et des labiées.

Les espèces à tige creuse sont appréciées des petites guêpes chasseresses qui capturent des chenilles et d’autres insectes nuisibles. Taillées et laissées sur le sol, ces tiges servent alors de nids.

Leave a reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *