Créer et entretenir sa pelouse

By in
581
Créer et entretenir sa pelouse

Une pelouse doit être considérée comme une culture à part entière et faire l’objet d’un minimum d’attention. Voici nos conseils pour préparer votre terre avant de semer et vous garantir ainsi un gazon irréprochable.

 

Pelouse et Gazon

Quelle est la différence ?

La pelouse est le tapis homogène et fin, que l’on obtient après avoir ensemencé un sol soigneusement préparé, avec des graines de graminées à gazon. En pratique, on va désigner sous l’appellation de “gazon” l’ensemble des plantes qui constituent la pelouse.

Une pelouse est uniquement constituée de plantes de la famille des graminées. Quand des plantes fourragères comme le trèfle blanc ou la luzerne, voire des fleurs comme les bleuets ou les coquelicots sont associées au gazon, le résultat prend le nom de prairie.

Des sélections constantes et de longue haleine ont contribué ces dernières années à une très nette amélioration de la qualité des graminées à gazon, notamment sur le plan de la finesse, mais aussi de la rapidité de croissance. Les gazons d’aujourd’hui nécessitent de 25 à 35 % de tontes en moins que ceux d’il y a dix ans!

 

Les divers constituants du gazon :

6 espèces différentes entrent dans la composition des mélanges pour gazon. Chacune ayant ses propres qualités (et bien sûr ses défauts), aucune pelouse n’est composée que d’une seule espèce. C’est l’application du principe de biodiversité, qui veut qu’un milieu donné soit occupé par des espèces différentes, ce qui les rend plus fortes individuellement.

Le ray-grass anglais :

Espèce la plus utilisée. Son avantage principal est une installation très rapide (levée en 4 à 8 jours). Les variétés récentes résistent fort bien aux piétinements, elles se sont affinées tout en réduisant leur vitesse de croissance.

Les fétuques rouges :

Elles s’installent rapidement, donnent une herbe fine et courte et acceptent les tontes courtes et les lieux ombragés.

3 sortes de fétuques :

gazonnante : finesse remarquable et pousse lente.

demi-traçante : fine, elle se régénère rapidement et résiste mieux aux piétinements. Elle accepte la chaleur, une relative sécheresse et les sols salés du bord de mer.

traçante : pousse très rapide et bonne couverture du terrain. Cette variété solide a fait l’objet de nombreuses sélections qui donnent des plantes plus fines et à croissance lente.

La fétuque élevée :

Utilisée surtout dans les mélanges destinés aux régions chaudes, cette graminée n’apprécie pas d’être tondue trop court, mais elle supporte très bien les piétinements. Levée en une vingtaine de jours.

La fétuque ovine, le pâturin des prés (intéressant pour sa robustesse) et l’agrostide (la graminée à gazon utilisée pour les greens de golf) ne représentent qu’une infime partie des mélanges destinés au grand public.

 

La préparation du sol

  • Le désherbage :

C’est un point essentiel, trop souvent négligé. La végétation spontanée (sauvage) est plus forte que les variétés sélectionnées qui composent le gazon. Si vous la laissez en place, elle aura tôt fait de prendre le dessus. Traitez l’ensemble de la parcelle avec un désherbant total systémique. Appliquez le produit au pulvérisateur sur une végétation en pleine croissance. Respectez les délais indiqués avant préparation du sol. Vous pouvez aussi utiliser une technique souvent utilisée par nos grands-parents, c’est­-à-­dire celle de la bâche. Pour cela, il vous suffit d’étaler sur la partie que vous souhaitez désherber une bâche noire. En quelques semaines, les mauvaises herbes auront complètement disparu et il ne vous restera plus qu’à travailler le sol.

  • Le labour :

Ce travail consiste à retourner la terre. Pour l’aérer et la décompacter, un labour à la bêche ou à la motobineuse à 20 cm de profondeur est tout à fait suffisant pour implanter une pelouse.

  • L’amélioration de la terre :

Le gazon n’est pas très exigeant, mais les sols secs ou très pauvres donnent de maigres résultats. Prévoyez un fertilisant à base de fumier et/ou de végétaux compostés. Saupoudrez le produit sur le sol labouré, il sera incorporé naturellement lors de l’étape d’émiettage. Nous vous conseillons une analyse de sol pour connaître les besoins propres à votre terrain et adapter votre fumure.

  • L’épierrage :

On néglige trop souvent ce point qui s’avère pourtant essentiel dans bien des sols (surtout calcaires). Tous les cailloux que vous rencontrez lors du labour doivent être enlevés. La levée du gazon sera plus homogène et vous épargnerez les lames de votre tondeuse.

Le conseil en plus : Lors du labour et de l’épierrage, veillez à éliminer tous les fragments de racines ou de rhizomes que vous rencontrez. En effet, le moindre morceau de chiendent ou de liseron redonne une nouvelle plante.

  • L’émiettage :

Il permet d’obtenir une structure fine qui favorisera une meilleure implantation du gazon. Passez l’outil (croc, griffe, motobineuse) dans le sens longitudinal puis dans la largeur.

  • Le nivellement :

Il est réalisé par le passage superficiel du râteau tenu de manière à ce que les dents effleurent le sol. Ce travail permet de laisser le sol parfaitement lisse en éliminant les mottes et les cailloux.

  • Le roulage :

Il est indispensable afin de donner une certaine assise au sol pour que les pieds par exemple ne s’y enfoncent pas. Si vous ne prenez pas cette précaution, la pelouse ressemblera vite à une “tôle ondulée”. Utilisez un rouleau lourd (rempli d’eau ou de sable) que vous passez en long et en large plusieurs fois. Terminez par un nouveau coup de râteau afin de laisser un lit de semences impeccable.

  • La 1re fertilisation :

Vous pouvez épandre un engrais “semis et jeune gazon” ou “création et regarnissage” que vous enfouirez par griffage.

 

Le semis

  • La période favorable :

Une température minimum de 10 °C est nécessaire à la germination. L’idéal pour semer le gazon est le mois de septembre. En effet, la terre est bien réchauffée et surtout les mauvaises herbes annuelles sont en fin de vie. Une pelouse semée en fin d’été a toutes les chances d’être plus homogène et l’enracinement de meilleure qualité. Elle va de plus bénéficier des pluies d’automne et d’hiver, ce qui lui garantira le meilleur aspect au printemps suivant. En revanche, l’installation sera plus lente. Au printemps, la période de fin mars à mi­mai est la meilleure. L’implantation est plus rapide qu’à l’automne, mais dès que le temps se maintient au sec, il faut arroser généreusement.

  • La quantité de graines à utiliser :

Les mélanges de gazon composés de variétés fines se sèment à la dose de 30 à 50 g/m2, soit environ deux poignées. Dans tous les cas, reportez-vous aux indications de l’emballage.

  • La bonne répartition de la semence :

N’oubliez pas de bien brasser les graines afin d’homogénéiser le mélange. En effet, les différences de densité provoquent dans les sacs un tri naturel par gravité selon les espèces. Les graines sont jetées sur le sol à la volée. Vous pouvez aussi utiliser un épandeur d’engrais, en mélangeant 20litres de terreau à 1 kg de graines, pour une répartition homogène, avec un passage dans le sens de la longueur puis un dans le sens de la largeur.

  • L’enfouissement des graines :

Un griffage léger pratiqué en long et en large sur tout le terrain est suffisant. Les graines de gazon ont besoin d’être recouvertes d’environ 0,5 cm pour entamer leur germination. Si le sol est bien sec, vous pouvez passer le rouleau pour bien niveler la surface du sol.

  • L’arrosage :

On dit souvent que pour avoir une belle pelouse, il est important de l’arroser régulièrement. Cette information est partiellement vraie. Il faut savoir que plus vous arroserez, plus votre pelouse aura besoin d’eau. En arrosant régulièrement, le système racinaire se cantonnera à la partie supérieure du substrat et n’ira pas chercher l’humidité en profondeur. En été, pour palier au manque d’eau, il vaut mieux réduire un peu la fréquence ainsi que la hauteur de tonte plutôt que d’arroser chaque semaine. Il vaut mieux donc accepter que le gazon soit un peu sec, rassurez-vous il reverdira à la première pluie que de plomber votre budget par une facture astronomique d’eau.

  • La levée :

Les premiers brins de ray-grass anglais pointent après 4 ou 5 jours, mais il faut généralement attendre 3 semaines avant que toutes les espèces aient germé.

  • La première tonte :

Attendez que le gazon mesure au moins 10 cm pour le couper. Passez la tondeuse en position haute afin d’éviter d’arracher les herbes encore très fragiles.

  • Le conseil d’un expert :

Il y a un rapport direct entre le développement des racines et la hauteur des feuilles du gazon. Plus celles-ci sont coupées hautes, plus les racines sont profondes et le gazon résistant à l’arrachement, aux piétinements, aux parasites et aux excès climatiques.

 

L’entretien

  • La tonte :

Une pelouse coupée régulièrement paraît plus homogène. Elle gagne en force et en compacité. Une fréquence de tonte hebdomadaire est un bon compromis. D’une manière générale, mieux vaut ramasser l’herbe coupée quand elle est humide et épaisse. La hauteur de coupe moyenne se situe entre 3 et 6 cm selon l’effet souhaité, mais aussi la période de l’année (on coupe plus haut en été).

  • La scarification :

C’est une opération importante à réaliser au printemps et en automne. Les fines lames du scarificateur aèrent et extraient le feutrage, c’est-à-dire les parties mortes ou sèches. Après une scarification, il est bon d’épandre une couche mince de terreau à la surface de la pelouse et d’arroser généreusement.

  • Le roulage :

Il a pour but de favoriser le développement des touffes d’herbe en épaisseur (tallage). Un passage du rouleau au moins une fois par mois serait déjà très bien.

  • L’arrosage :

C’est l’action primordiale qui permet de maintenir la pelouse bien verte en toutes saisons. Quand la température ambiante atteint 20 °C, arrosez tous les 3 jours, tous les 2 jours à partir de 25 °C et tous les jours lors des canicules estivales à 30°C. Intervenez de préférence le soir et laissez l’arroseur en place au moins une demi-heure. Il est bon aussi de prévoir un arrosage systématique après une utilisation intensive (pique­nique, partie de football, etc.)

  • La fertilisation :

Si la fertilisation du printemps apporte un résultat visuel, la fertilisation d’automne est primordiale pour la pérennité de votre gazon.

Elle permet de:

– régénérer le gazon après les dégâts de l’été,

­- renforcer le système racinaire

­- densifier le gazon,

­- reconstituer les réserves du sol,

tout cela pour une meilleure reprise au printemps. Préférez alors un engrais privilégiant le phosphore (P) et la potasse (K).

  • Le désherbage :

Pissenlit, plantain, pâquerette, trèfle, chardon, mouron, véronique, etc. peuvent s’éliminer sans problème avec les désherbants sélectifs pour gazon. Pour une bonne efficacité, ils doivent être appliqués au printemps, deux à quatre jours après la tonte, quand la température extérieure atteint 15 °C. Il existe aussi des “engrais-désherbant gazon” qui effectuent la fertilisation et le désherbage en une seule application.

  • La lutte contre les mousses :

Elle se pratique de préférence en février/mars ou en septembre/ octobre. Les mousses peuvent être enlevées mécaniquement par scarification à l’aide d’un scarificateur manuel (ou thermique si votre pelouse est grande). Ensuite grâce à un chaulage, vous pourrez limiter l’apparition de mousse. Il est important de savoir que si vous ne réglez pas la cause de l’apparition de la mousse (souvent une terre acide et humide), celle-ci reviendra irrémédiablement et c’est un problème souvent récurrent, alors pourquoi s’obstiner? Beaucoup de jardiniers considèrent d’ailleurs qu’il est beaucoup plus agréable de marcher sur une pelouse envahie de mousse que sur une pelouse parfaitement entretenue. Faites l’essai, vous aurez l’impression de marcher sur un tapis moelleux…

  • La réparation :

La pelouse est victime des piétinements, elle subit le passage des désherbants, des antimousses et des intempéries (chaleur,forte humidité,gel,…). Le gazon de regarnissage est spécialement conçu pour réparer les petites zones dénudées ou abîmées. Après avoir nettoyé l’espace à regarnir, griffez et terreautez, ensemencez et arrosez. Roulez le gazon quand il aura atteint 5 cm de hauteur.

  • La rénovation :

La pelouse vieillit naturellement et devient donc plus clairsemée : vous interviendrez avec le gazon de rénovation sur la totalité de la surface. D’abord, scarifiez et enlevez tous les “déchets”. Ensemencez en mélangeant 1 kg de graines avec 10 litres de terreau horticole et arrosez jusqu’à l’installation du nouveau gazon.

Un gazon, un usage

Les mélanges de graines sont classés officiellement selon leur destination. Choisissez votre composition selon vos attentes et en fonction des particularités de votre environnement.

Les gazons d’ornement ou encore appelés “gazons anglais” :

Très fins et de croissance lente, ils craignent les piétinements et demandent un entretien particulièrement attentionné. Leur composition associe ray-grass anglais (maximum 30 %) très fin, fétuques rouges gazonnantes, traçantes et demi-traçantes. Certains mélanges de très haut de gamme n’utilisent que des fétuques.

Les gazons d’agrément et de détente :

On les appelle encore “gazons rustiques”, ce qui exprime bien leur polyvalence. Ils constituent un bon compromis entre une esthétique agréable, une résistance correcte au piétinement et un entretien allégé. Les mélanges courants associent ray-grass anglais et diverses fétuques.

Les gazons pour terrains de sport :

Se caractérisent par leur excellente tenue au piétinement. Il faut privilégier ces mélanges si vous avez de jeunes enfants qui adorent faire des parties de ballon sur la pelouse. Fétuque élevée (jusqu’à 80 %) et ray-grass anglais entrent dans la composition de ces gazons.

Les gazons pour l’ombre :

Composés de graminées adaptées aux zones humides ou ombragées (ray-grass anglais, fétuque rouge et ovine). On associe également la canche gazonnante qui présente de multiples avantages : installation rapide à l’ombre, finesse du feuillage et bonne résistance aux piétinements.

Les gazons pour climat méditerranéen :

A base de fétuque élevée en forte proportion, ils se caractérisent par leur résistance à la chaleur et à la sécheresse.

Rénovez votre pelouse :

Utilisez des gazons de regarnissage et de rénovation. Composés principalement de ray-grass anglais, ils permettent une installation rapide et sans travail préalable du sol.

54321
(0 votes. Average 0 of 5)
Leave a reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *